RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Advertisement
Autosuffisance bandeau

Les groupes laitiers des États-Unis accusent le Canada

LVA ,

Les groupes laitiers des États-Unis accusent le Canada de faire en sorte qu'il soit difficile pour les exportateurs de produits laitiers américains de profiter du plein accès au marché négocié dans le nouvel accord commercial nord-américain, qui prendra effet le 1er juillet selon ce que publie Realagriculture.

«Le U.S.Dairy Export Council et la National Milk Producers Federation disent que le gouvernement canadien décourage les importations de produits alimentaires ou de vente au détail de grande valeur au Canada et que la plupart des contingents tarifaires seront accordés aux fournisseurs laitiers canadiens qui sont peu incités à importer des produits», précise-t-on dans Realagriculture soulignant que le gouvernement canadien aurait publié en petits caractères  la façon dont l'allocation de ses contingents tarifaires (CT) fonctionnera dans le cadre de l'accord Canada-États-Unis-Mexique.

Jim Mulhern, président et chef de la direction de National Milk, fait savoir que les producteurs laitiers et les coopératives sont prêts à aider à augmenter les livraisons de produits laitiers américains de haute qualité sur le marché canadien, mais que les allocations de contingent tarifaire du Canada sont loin d'atteindre le plein potentiel de ses engagements en vertu de l'USMCA.

«Les actions du Canada désavantagent l'industrie laitière américaine en décourageant l'utilisation de la pleine utilisation des contingents tarifaires et en limitant l'accès au marché accordé par l'USMCA», a déclaré Tom Vilsack, l’ancien secrétaire à l'agriculture sous la présidence de Barack Obama.

Il est clair que des questions vont être posées dans les prochains jours au gouvernement canadien par les Américains.

Du côté canadien on se réjouit qu’en grande partie les licences d’importation de produits laitiers de l’USMCA soient octroyées aux transformateurs laitiers et le Canada se félicite d’avoir sauvé la gestion de l’offre et  d’avoir assuré de bonnes relations commerciales avec son «partenaire commercial le plus proche et la plus grande économie du monde.»